le pari

Publié le par

Je faisais une formation à l'autisme .
Question intéressante : "mais alors le surmoi de l'autiste serait donc différent ?"
Meuh non, j'rigole...
La question était "comment   avez vous su que que vous ne faisiez pas fausse route ?".
Ben honnêtement, je ne sais pas si je fais fausse route (ou pas). C'est même ça qui me manque :  quelqu'un de compétent qui me dise  "c'est bon, c'est ça, tu es sur la bonne voie".
C'est le pari de  Pascal, adapté à ma situation : autant y croire.
Honnêtement, chez moi, ce n'est pas toujours croire, c'est vouloir y croire...
Parce que qu'on ait 10 ans ou 80 ans, il faut des projets : tuer un mammouth, 15 mn de récré, piller les yourtes ennemies,  10 mn au journal de 20 heures, passer le cap Horn pour pouvoir faire pipi au vent, une médaille au JO...

Il faut donc faire la route, (and long iz ze road), d'après un schéma nébuleux  redéfini par des instances qui souvent ne connaissent  ni la petite personne qu'ils sont chargés de guider, ni la route qu'ils sont chargés de clarifier. 

Commenter cet article

Gilles 08/03/2009 17:45

Je devine que la MDPH a bougé ? dans le bon sens ?

09/03/2009 08:14


si peu et si tard...


KRISS 07/03/2009 15:21

la méthode de Calvin, je pratique, et c'est la bonne !

09/03/2009 08:14


je la découvre, et je m'y met !


calvin 07/03/2009 12:33

qqun de compétent pour nous dire si on ne fait pas fausse route, ça ne serait pas du luxe pour toutes les sortes de parents (et toutes les sortes d'enfants), même si les routes sont certes plus et mieux balisées dans les cas communs.Descartes, un contemporain de ton copain Pascal, avait son idée sur la bonne voie à suivre : Quand on est perdu dans une forêt la solution c'est de choisir une direction et de s'y tenir, on finit toujours par s'en sortir, au contraire de celui qui va essayer plusieurs directions pour finalement tourner en rond. Ca semble vouloir dire "continue" et tu seras sur la bonne voie au bout du compte.

09/03/2009 08:13


Ben voilà, tu es la 1ère personne qui me le dit !  tu devrais être coach ...


claude 06/03/2009 19:41

En fait, le pari de Pascal disait qu'il n'y avait rien à perdre à faire son pari... toi je pense qu'il y a bcp à perdre ?

09/03/2009 08:11


Oui, c'est vrai, j'ai fait un raccourci : dans le postulat de Pascal, il n'y avait rien à perdre. Et dans le mien, beaucoup !