Fantastique !

Publié le par iéloseubmarine

infosouris-4.gifLonesom’girl, qui est maintenant en première professionnelle gestion administration, a comme sujet d’étude actuelle en français « l’imaginaire »... Oui, je sais, les bras m’en tombent aussi mais c’est O-BLI-GÉ, le programme, toussa.  

Les genres littéraires découlant de l’imaginaire ne m’ont jamais plu, il n’y a donc pas que les bras qui m’en sont tombés, les paupières zaussi... Elle a du lire des nouvelles de fantasy, des contes, des nouvelles de SF pour dénouer les fils embrouillés qui les lient. Elle n’a rien dénoué du tout, ce sont pour elle des phrases sans queue ni tête : des sentiments qu’elle n’éprouve pas dans des héros qu’elle ne comprend pas entourés de monstres qu’elle n’imagine en dans des lieux qu’elle ne connaît pas.

coc7.gif

 

Elle a évidemment un DM à faire dont le sujet est :

« En respectant la définition de la nouvelle, inventez une nouvelle fantastique d’une cinquantaine de lignes. Consignes à respecter :

• Ancrer votre récit dans la réalité quotidienne et actuelle »

• Choisir un personnage marqué par la solitude et manifestant des tendances paranoïaques ».

La prof de français a gentiment ajouté dans ces consignes, et je l’en remercie très sincèrement :  

« Attention, ne prendre aucun exemple de la classe.Il s’agit d’INVENTER… »

Sage précaution, je pense qu’autrement Lonesom’Girl aurait servi de modèle à la classe entière, avec ses discussions bizarres, ses intérêts incompréhensibles, ses focalisations abrutissantes,  ses effrois intimes et ses improbables compétences.

Je l’ai un peu guidée bien entendu car elle dans l’incapacité d’avoir une production quelconque sur  ce sujet (et tant d'autres). Je lui ai bâti la trame d’un sujet narratif lambdaet lui ai précisé qu’il devait y avoir les ingrédients du fantastique, que j’avais auparavant rassemblés car ils étaient disséminés dans les questions du cours.

Phase suivant : blocage. Impossible pour elle d’imaginer quelque chose qui arrive à quelqu’un sur la base de faits qui n’existent pas. Je lui ai donc proposé de trouver un point de départ existant, mais bizarre. Enfin, que les autres trouveraient bizarre...

Résultat :  le titre : « la chute des corps ». L’intrusion du fantastique : une jeune fille qui rit en do, qui tousse en la, qui casse des branches en sol dièse et qui est à l’initiative, lors de la visite nocturne (évidemment, fantastique oblige) d’un jeune homme dans une maison fatalement lugubre qui passait par là,  de chutes objets qui tombent en produisant des notes, ces notes produisant une mélodie que le jeune homme connaît bien : c’est La Marche Turque de Mozart (que Lonesom’Girl) est en train d’étudier au piano.

Et paf, multi introduction du réel de Lonesom'Girl dans le fantastique !

cocc11.gif 

 

Publié dans Elle

Commenter cet article