Madame Jourdain sous la canopée

Publié le par ieloseubmarine

cocc8.gifA l'accro branche,  un argument qui ne tient pas la route :

il est impossible qu'un accompagnateur suive ma fille sur un parcours, il n'ont pas les diplômes faits pour.

J'ai certainement dû recevoir ce diplôme un jour, puisque je donne des cours d'accrobranche, de natation, de course, de saut à l'élastique  mais je n'en ai aucun souvenir. La souffrance sans doute, le temps de sidération, le travail de deuil pas fini blabla, et autres clichés chers à nos psy.

Donc je suis diplômée et je ne le savais pas.... Mme Jourdain c'est moi.

Ca m'a mis d'une humeur de dogue, vous pensez bien, et j'ai mangé tout cru le 1er accompagnateur qui m'a interdit  d'être à deux sur un atelier.

J'ai fait quelques parcours avec elle, qui m'a demandé ensuite de pratiquer seule sous la   canopée -c'est un mot qu'elle se plaît à répéter depuis longtemps, sans doute une sonorité particulière...-  et elle a constaté que nous en étions encore assez loin  (de la canopée) ! Elle a pratiqué le parcours vert en autonomie, peu de difficulté pour elle excepté les mousquetons rétifs et les tyroliennes dures à décrocher. 

Lonesom'Girl sur orbite, vogue la galère, j'ai pu me reposer observer le vaste monde :

... Un groupe de tout jeunes ados s'envoyait des Zyva, des niktamère et des "trop pas" en série

... Deux ados mâle de son âge faisait un concours de longueur de zizi de çui qui irait le plus vite (défois que Lonesom'Girl, belle ado, fasse attention à eux).

.... Les hirondelles sont arrivées

... Les martinets aussi

... L'accompagnateur comptait fleurette et les corneilles

.... Ma fille essuya 2 insultes (tégogol et téconoukoi) dues à sa difficulté avé les mousquetons : Les gamins derrière n'ont pas compris qu'elle avait besoin d'aide, elle n'a pas su leur demander,  et c'est pas l'accompagnateur qui s'est précipité.

 Lonesom'girl s'est très donc bien débrouillée, seule dans les arbres pendant un long moment. 

 

Peu de temps avant la fin l'accompagnateur soudain se réveilla : il coacha une petit fille  morte de trouille, à ses côtés tout au long du parcours,  pendant que la maman, à terre, se tordait les mains d'angoisse.

J'ai rien dit, le grand air, les p'tites fleurs les p'tits zoiseaux, la bonne humeur retrouvée,  la fierté de voir ma fille s'en sortir seule, peu d'enthousiasme pour expliquer encore une fois mes demandes...

Mais je note qu'il est des mots qu'il ne faut surtout pas prononcer pour se faire aider : "autisme", "déficience visuelle", et d'autres qui sont un sésame : "phobie du vide", "vertige", "elle a peur, c'est psy".cocc11.gif 

Commenter cet article

lysalys 03/05/2010 15:48



Mais... Finalement, si je comprends bien, c'est toi qui aurait besoin d'un accompagnateur pour oser y aller ! dit la
fille qui trouve des escuses pour ne pas emmener ses filles parce qu'elle a la trouille de se planter ou d'avoir le vertige !!


Une fois de plus, la tienne de fille m'épate ! Quel dommage que là où vous alliez, les réactions le fassent beaucoup moins...



06/05/2010 22:20



Je n'ai pas le vertige, et nous sommes restées sur simple ! mais effectivement, quand on envisagera la rouge, j'aimerais en coach. LePapa a le vertige sauf s'il est sur un escabeau
avec une perceuse, donc j'amènerai la perceuse pour avoir le papa !



samantdi 24/04/2010 23:04



Il faudrait que je prenne le temps d'écrire un billet là-dessus, je crois qu'en effet c'est important de travailler chacun sur les représentations qu'on a de "l'autre" (le prof/vs le parent/ vs
l'élève autiste ou différent)


 


Dans une classe que je n'ai pas, il y a une élève autiste : je vais questionner mes collègues pour essayer d'affiner ma réponse. 


 


 


 



06/05/2010 22:18



Je suis très intéressée par les réponses !



Philippe 24/04/2010 20:48



j'adore le titre  Mme Jourdain sous la canopée tu devrais écrire des histoires.



06/05/2010 22:17



Madame Jourdain écrit des histoires...



Za 23/04/2010 11:25



J'hallucine! Non mais franchement!


Comme d'habitude, BRAVO à ta fille, et puis à toi aussi pour avoir gardé ton calme...


(Faudra qu'on m'explique l'intérêt de forcer une gamine à faire ça alors qu'elle est morte de trouille... ça m'échappe un peu... Et pourquoi es ce que ta fille n'aurait pas d'accompagnement alors
qu'elle est visiblement bien plus dégourdie et motivée...)


A ta place je crois que je lui aurais demandé où es ce que je pouvais trouver un accompagnateur qui soit diplômé en accrobranche, en autisme et en déficience visuelle... Parce que déjà tous pris
séparément ça ne courre pas les rues... mais ensembles... La conséquence directe est elle que cette activité est donc interdit à tous les enfants avec handicap? Ha non pardon, les parents sont
là...



24/04/2010 20:43



non,n l'activité n'est pas interdite, mais si l'enfant, ou l'adulte n'a pas un coach qui aime l'accro branche, il n'en fera pas. 


Il peut arriver aussi que des personnes handicapées veuillent en faire seule... Mais non, on considère que la famille DOIT etre là.


Parcours bleu hier... elle n'a pas eu peur du tout, et pourtant c'est haut ! Moi j'étais un peu inquiète, pas trp pour le parcours en lui même, mais je ne pouvais pas êtrz avec elle
sur les fils (ça bouge trop)... elle y est allée, royale, calme et déterminée, sérieusement et sans faute !



samantdi 23/04/2010 10:59



Ton dernier paragraphe est hélas tellement vrai ! "Phobie" plaît beaucoup et est un véritable sésame, mais "autisme" ouvre une nébuleuse antipathique, d'autant plus que ce mot est employé
désormais dans le langage courant et de façon impropre comme synonyme de "incapable de communiquer".


Le sens des mots s'efface.


Comment présenter les différences, les particularités ? Moi qui suis "de l'autre côté" je m'interroge souvent sur la façon dont nous recevons les annonces que nous font les parents. (Et je
m'inclus dans ce "nous", n'étant pas plus avancée que les autres) et comme eux victime de mes propres préjugés et/ou de mon ignorance.



ieloseubmarine 24/04/2010 20:46



"nébuleuse antipathique", c'est le bon mot, avec des interprétations un peu surréalistes...


ça m'intéresserait bcp que tu développes la façon dont tu (prof ) reçois les annonces, pour justement orienter le discours que je fais à tes pairs, de manière à rassurer, et à ne pas
créer d'attentes vaines.