Stéphane Nathalie et moi

Publié le par iéloseubmarine

 

cocc12.gifMa collègue Nathalie et moi avons eu un différend.

J’adorais l’humour de   G*u*i*l*l*o*n, même s’il était parfois contestable et gras  — et que l'hypocrite qui ne s’est jamais marré en douce sur les  grandes ondes un matin lève le doigt —.   

Mon  G*u*i*l*l*o*n matinal a osé une métaphore par laquelle  E*r*i*c B*e*s*s*o*n est un descendant L*e P*e*n infiltrant l’U*M*P. Et mon Stéphane suggérait l’élimination de la vermine sarkozyenne (ou ziste, chépu) à grand renfort de détails physiques. Je trouve que ça sent très mauvais et que mon Stéphane  est sur une pente savonneuse... associer  traits physiques et traits psychologiques est un vieux procédé  qui perso me donne à réfléchir... (nez crochu, doigts crochus, rapacité...). Du sous sous  Dieudonné en quelque sorte.

Cependant ma collègue Nathalie disait qu’on était très loin de la caricature de l’entre deux guerre et que ça n’avait rien à voir.

Bon.

Si je comprends bien, grâce à Stéphane, mes nouveau amis bavarois auront certainement compris ce que certains français pensent d'eux... Je vais vite leur dire que c’est pour rire, ils vont sûrement apprécier.  

Mon Stéphane est devenu méchant, et me fait penser à ces gamins cruels et meneurs ,vous savez, on les repère vite à la récré, ils tapent sur le plus timide, l’handicapé, le différend ou le plus faible, et toute la classe suit. Je ne suis pas du tout fan des attaques physiques, et je pense que tous les humoristes devraient avoir cette éthique deux points ouvrez les guillemets :  "on ne se moque pas du physique" point final, ça n’a rien à voir avec la droite ou la gauche, c'est  une question d'éducation, demandez à vos mamans.

Et pourtant ma collègue Nathalie pense dorénavant  que le patron de France Inter est un pourri à la botte de mon président, que nous vivons dans un pays fasciste et qu’à bas la répression... 

Certes.

Cependant, lui dis-je,  mon Stéphane a tout  intérêt à ce que mon  Président se fasse réélire, puisque c’est visiblement son fond de commerce.

Ma collègue Nathalie, qui  préfère l'excès d'humour à l'absence d'humour, trouve qu’il a beaucoup de talent.  

Ça se défend.

Pourtant je trouve triste de vouloir rendre intouchable  une personne dont l'aptitude essentielle devient la méchanceté. Pour ma part il ne suffit pas de dire du mal sur les gens pour me faire rire, mais actuellement l’humour a du mal à exister dans un autre registre que celui de la hargne, de la méchanceté et du défoulage.

Et donc ma collègue Nathalie pense qu’il est salutaire que ces personnes continuent de se défouler ainsi, que c’est une sorte d’hygiène publique profitable à la société, et que vivre dans un pays ou des humoristes se font virer parce qu'il ont "critiqué le pouvoir " la fait gerber.

Ohlala.

Je vais être rapidement  taxée de mauvais esprit car rire à ce qu’on m’aura désigné comme risible... ne m’amuse pas.

Et  imaginer les personnages publics dont mon Stéphane se moque obligés de rire à ses vannes me donne le frisson.

Et vivre dans un pays où il ne faut pas toucher à des humoristes labellisés serait comme vivre dans un pays  dans lequel il y a aurait des religions ou des hommes politiques dont on ne peut pas rire.

J'ai un peu de mal à saisir  pourquoi les personnages publics se pressent dans le studio de travail de mon Stéphane.coc48-copie-1.gif

 

Allez voir ici ce que Philippe Muray appelait "les Mutins de Panurge", évoluant  dans le milieu protégé de la bien-pensance et si rapides  à l'indignation...

 

Et pis je vais écouter François Morel, ça passera. einstein-hamlet.gif

 

Commenter cet article

chantal 04/08/2010 11:18



comme une bonne retraitee :a 8h45:je prefere Nicolas Canteloup:il croque à la minute les differents invités



iéloseubmarine 28/08/2010 18:46



j'essaierai !...