Jeudi 17 juillet 2014 4 17 /07 /Juil /2014 14:42
- Par iéloseubmarine

infosouris-4.gif Dorénavant je vais me comporter ainsi avec ma Emdépéhache   :

 1/ si par le plus grand des hasards ma Emdépéhache me notifiait ce que j’ai demandé, j’explose de joie, je fais l’avion en remontant mon tee shirt, je hurle en touchant les parties génitales et fessières de mes voisins, je leur saute dessus en leur baisant le crâne, je les chevauche sauvagement et je les laisse me grimper dessus, je fais le tour de mon quartier  en pointant mes index sur ma personne d’un air conquérant, je saute dans la voiture garée devant chez moi pour m’asseoir sur le klaxon et je m’en vais boucher le tunnel de Fourvière.

2/ pour aller plaider mon dossier je me fais raser les cheveux sur les tempes en épargnant une touffette ridicule au sommet. 

3/ Lorsqu’une préconisation Emdépéhache sera à mon sens inique, je vais m’outrer (parait que je suis bien quand je m’outre) en faisant une série d’actions dans cet ordre : je hurle, je me tiens le crâne entre les mains en le secouant, je titube, je me mets à genoux et je me roule par terre.

4/ je vais suer la mauvaise foi. Je vais demander 60 heures d’AVS, dire que les handicaps de ma fille sont plus importants que tous les handicaps réunis des tous les élèves Zhandicapés et que j’ai besoin du complément 6 au carré. Si mes demandes ne sont pas satisfaites,  passage immédiat à la phase 3.

Etant donné la la foutebalâtrie actuelle, j'ai mes chances.

  cocc15.gif

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Vendredi 4 avril 2014 5 04 /04 /Avr /2014 10:25
- Par iéloseubmarine

einstein-hyppie.gif Allez, chose promise, chose due, voici le devoir que LOnesom'Girl a rendu en Mars, qui venait clore une séquence sur l'imaginaire (programme 1ère pro). J'ai du la guider sur le concept "d'oreille absolue" car, si elle même a une (et même deux haha)  elle ne se rend pas compte que les autres n'en ont pas...et donc ne sait pas ce que c'est que de ne pas avoir une oreille absolue et de ne pas entendre tout ce qu'elle entend. Ca devient compliqué n'est pas ? bravo vous venez de franchir un grand pas dans la théorie de l'esprit.


coccinelle.jpg 

 

La chute des corps

Nicolas était grand, il avait des lunettes rondes,  il était maladroit.

Un jour, il rencontra en se promenant dans la forêt une jeune fille qui s’appelait Lucie. Lucie était grande, elle avait des lunettes oranges, les cheveux courts et bruns. Ils discutèrent de la musique qu’ils aimaient.

« Qu’est-ce que tu aimes comme musique ? Demande Lucie.

- J’aime la musique classique et plus spécialement la marche turque répond  Nicolas.

Lucie ne disait rien, elle était étrange : quand elle toussait, cela produisait un do. Quand elle riait, cela produisait un la. Quand elle cassait une branche, cela faisait un sol#. Nicolas l’entendait car il avait une oreille absolue.

Lucie devait rentrer chez elle et Nicolas continua sa promenade et arriva devant une vieille maison.

La maison était en bois, il y avait des grandes fenêtres.  Nicolas rentra à l’intérieur et vit un escalier en spirale qui montait jusqu’aux chambres et au rez-de-chaussée, il y avait un grand couloir sombre avec des étagères et plein d’objets dessus, que Nicolas ne voyaient pas bien car il était malvoyant. Ces objets étaient posés sur des étagères dans le couloir, dans la dernière rangée du bas.

Nicolas était maladroit et faisait tomber les objets. Parmi les objets, il y avait un massicot, un tube de Newton, une toupie, un triangle, des pots à épice et une toute petite machine du général Morin.

Les objets étaient tombés lentement et Nicolas les entendit qui tombaient en faisant une mélodie. Les notes de la mélodie étaient si la sol# la do, ré, do, si do,  mi, fa, mi, re, mi, si, la, sol#, la, si, la, sol#, la, do#. Nicolas reconnut les notes de la mélodie de la Marche Turque de Mozart.

Nicolas n’avait pas peur. Il sortit de la maison et continua sa promenade jusqu’à sa maison. Il retrouva Lucie dehors. Il savait que c’était elle qui faisait tomber les choses avec des notes car elle sifflait si la sol# la do, ré, do, si do,  mi, fa, mi, ré, mi, si, la, sol#, la, si, la, sol#, la, do#.

 

Ce devoir devait forcément inclure une touche effrayante car le champ lexical du fantastique inclu forcément des notions en lien avec la peur. Seulement impossible pour Lonesom'Girl d'introduire de l'effroi si elle n'en ressent pas. 

Devoir court, sans aucun rappprt sans doute avec la production des autres élèves de sa classe, mais beaucoup de temps passé dessus...

Et pendant ce temps là, en Emdépéhache, des dossiers disparaissent... cocci4

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Dimanche 23 février 2014 7 23 /02 /Fév /2014 16:39
- Par iéloseubmarine

MDR

einstein-hyppie.gif "Animé par la volonté d'être plus proche des citoyens pour proposer des services de proximité, le Département a créé dans [mon canton] un point d'accueil qui a pour mission  de gérer tous les domaines relevant des compétences départementales"... cet endroit merveilleux et accueillant se nomme ma MDR. Je n'y vais pas souvent, mais à chaque fois que je dois m’y rendre j’en reviens avec, comment dire, toujours quelque chose à raconter.   

La dernière fois, c’était il y a environ un mois... Je devais y déposer le dossier scolaire de ma fille, en vue des renouvellements divers et variés des adaptations et compensions  dont elle bénéficie. J’y suis allée un matin de soleil radieux avec mon chien pour faire d’une corvée une ballade.

Coup de chance, la personne dédiée au dossier handicap était là. (Oui, Parce que la personne au standard ne sait absolument pas de quoi je parle quand je prononce les mots Gevasco, PPS ou hadicap et par conséquent n’est d’aucune aide : je peux sentir un vent de panique souffler dans l'hygiaphone à l'énoncé de ces simples mots. Sa tâche se résume, me concernant, à m'orienter vers le collègue dont les synapses auront une connexion à l'écoute de ces mots. Mais qui, pas de chance, n’est pas là mais sera là demain. S’il fait beau, si le vent souffle d’ouest).

Ce jour là mes propres synapses ont vibré : le collègue était là...coc20.gif 

Nous rentrons donc, mon chien et moi. La personne de la réception parle à mon chien qui adore ça et qui frétille pendant que j’attends. Le responsable arrive rapidement et a un hoquet d'horreur en voyant mon chien, qui frétille toujours et attends  que celui là aussi lui parle.

- « madame, votre chien n’a pas le droit d’être ici, c’est contraire au règlement »

- « Pas de problème, réponds-je, je vais l’attacher juste là, dehors ».

- « madame, continue t’il, vous ne pouvez pas l’attacher à l’entrée, c’est contraire au règlement aussi, il ne doit pas être au contact des éventuels usagers ».

- « ah  bon. Ecourez,  je fais ce que vous voulez, je l’emmène où je le laisse, dites-moi ».

- « je ne sais pas Madame ».

Je commence à me dire que je suis tombé sur le modèle à découper au pointillé de l'employé  en plein excédant de zèle modèle 

- « je ne veux pas agir contrairement au règlement, vous savez, je peux aller l’attacher plus loin »

- « Très bonne idée Madame, comme ça il ne gênera pas les usagers ».

(aucun usager au standard, ce jour là, ni dans les couloirs ni dans les bureaux, rien, personne). J’exile mon chien, je ne l’impose jamais et qu'il déchiquète leur pneux, pisse sur leurs gentes et se fasse les dents sur leur garde boue.

Et je rentre dans le bureau du gestionnaire des dossiers. Le mien est complet, je l’ai vérifié 50 fois.

-«  il manque une carte d’identité » dit-il 

- « non, regardez bien, il y a la photocopie".

Ma photocopieuse à la manie d’imprimer les carte d’identité en A4 en prenant toute la page, et ça pose problème car ce n’est pas le format habituel. J’essaie de décoincer la situation en lui disant que de toute façon, la photocopie de ma carte ils l’ont déjà en 12 exemplaires puisque je l'ai envoyée au moins 12 fois. Il me regarde en murmurant, les paupières lourdes du poids des erreurs, des oublis et de la mauvaise volonté des usagers  :

- « Madame si vous saviez »

Il se trouve que je sais parfaitement le poids de ces paperasseries inutiles, il doit le voir dans mon regard et n’insiste pas. Je lui demande ensuite avec le sourire (La femme de la pampa, parfois rude, reste toujours courtoise,) si telle pièce du dossier est  à fournir en même temps. Et là, il me répond...

- « JE NE SAIS PAS ».

Ça m’a laissée rêveuse... coc7-copie-1.gif ce monsieur sait quel règlement interdit à mon chien d’être à l’intérieur, quel règlement définit le périmètre à l’extérieur duquel mon chien doit rester, et il ne sait pas si telle pièce doit être ajoutée, ou non, à un dossier de demande de compensation de handicap...  

On m'aurait menti ? Ce point d'accueil n'est pas le havre de fraternité et de compréhension décrit plus haut.

cocc12.gif

 

 

 

 

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Samedi 15 février 2014 6 15 /02 /Fév /2014 20:03
- Par iéloseubmarine

infosouris-4.gif Lonesom’girl, qui est maintenant en première professionnelle gestion administration, a comme sujet d’étude actuelle en français « l’imaginaire »... Oui, je sais, les bras m’en tombent aussi mais c’est O-BLI-GÉ, le programme, toussa.  

Les genres littéraires découlant de l’imaginaire ne m’ont jamais plu, il n’y a donc pas que les bras qui m’en sont tombés, les paupières zaussi... Elle a du lire des nouvelles de fantasy, des contes, des nouvelles de SF pour dénouer les fils embrouillés qui les lient. Elle n’a rien dénoué du tout, ce sont pour elle des phrases sans queue ni tête : des sentiments qu’elle n’éprouve pas dans des héros qu’elle ne comprend pas entourés de monstres qu’elle n’imagine en dans des lieux qu’elle ne connaît pas.

coc7.gif

 

Elle a évidemment un DM à faire dont le sujet est :

« En respectant la définition de la nouvelle, inventez une nouvelle fantastique d’une cinquantaine de lignes. Consignes à respecter :

• Ancrer votre récit dans la réalité quotidienne et actuelle »

• Choisir un personnage marqué par la solitude et manifestant des tendances paranoïaques ».

La prof de français a gentiment ajouté dans ces consignes, et je l’en remercie très sincèrement :  

« Attention, ne prendre aucun exemple de la classe.Il s’agit d’INVENTER… »

Sage précaution, je pense qu’autrement Lonesom’Girl aurait servi de modèle à la classe entière, avec ses discussions bizarres, ses intérêts incompréhensibles, ses focalisations abrutissantes,  ses effrois intimes et ses improbables compétences.

Je l’ai un peu guidée bien entendu car elle dans l’incapacité d’avoir une production quelconque sur  ce sujet (et tant d'autres). Je lui ai bâti la trame d’un sujet narratif lambdaet lui ai précisé qu’il devait y avoir les ingrédients du fantastique, que j’avais auparavant rassemblés car ils étaient disséminés dans les questions du cours.

Phase suivant : blocage. Impossible pour elle d’imaginer quelque chose qui arrive à quelqu’un sur la base de faits qui n’existent pas. Je lui ai donc proposé de trouver un point de départ existant, mais bizarre. Enfin, que les autres trouveraient bizarre...

Résultat :  le titre : « la chute des corps ». L’intrusion du fantastique : une jeune fille qui rit en do, qui tousse en la, qui casse des branches en sol dièse et qui est à l’initiative, lors de la visite nocturne (évidemment, fantastique oblige) d’un jeune homme dans une maison fatalement lugubre qui passait par là,  de chutes objets qui tombent en produisant des notes, ces notes produisant une mélodie que le jeune homme connaît bien : c’est La Marche Turque de Mozart (que Lonesom’Girl) est en train d’étudier au piano.

Et paf, multi introduction du réel de Lonesom'Girl dans le fantastique !

cocc11.gif 

 

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Jeudi 13 février 2014 4 13 /02 /Fév /2014 13:18
- Par iéloseubmarine

 

rene

Allez zou, on va servir de cobayes.... nouvelle expérimentation à l'horizon, je cite : "Innover et Moderniser les Processus MDPH pour l'Accès à la Compensation sur les Territoires » = expérimentation IMPACT en MDPH.

http://informations.handicap.fr/art-MDPH-handicape-853-6620.php

Il faut savoir que dans la majorité des Emdépéhache, la gestion des dossiers est  réalisée sur papier... Il semble que ce mode de gestion ne favorise pas un traitement efficace des dossiers. Et donc j’imagine que cet "IMPACT" va dématérialiser les procédures, comme on dit dans les administrations up to date. Quel poncif cette dématérialisation, c’est censé réduire les couts mais ça va être un gouffre sans fond pour cette administration qui déjà peine à valider des demandes tout à fait légitimes.  

cocc15.gif  J’imagine déjà...

... 2000 dossiers à l'arrêt en attendant une formation des agents... Des bugs à l’infini parce qu’évidemment, le logiciel actuel des Emdépéhache ne conviendra pas et qu’il faudra en changer d’où...... 2000 dossier à nouveau en attente de traitement pour cause de formation des agents... La nouvelle organisation plus défaillante que la précédente parce que définie à coup de hache et que "on verra bien".

Est-ce qu’on ne surestimerait pas un poil les gains et les apports de tout ça, tout en en sous estimant les coûts et l’impact (le vrai !).  Parce que si après IMPACT je dois encore répéter tous les ans toutes ces choses qui ne changent pas (mon âge/celui du conjoint/celui de Lonesom’Girl/celui de ses sœurs/mon adresse qui n’a pas changée/mon travail non plus/celui du papa itou...) c’est qu’ils ont oublié un S à IMPACT pour que ça face SIMPACT : « Simplifier Innover et Moderniser les Processus MDPH pour l'Accès à la Compensation sur les Territoires » . 

Si l’administration peine à traiter les informations transmises c’est parce la plupart sont inutiles. Et qu’il faut les rendre moins nombreuses et pas les « dématérialiser ». Dématérialiser ne changera rien s’il n’y a pas un petite toilettetage en amont des procédures et dossiers. Comment peut-on imaginer 2 minutes qu’une somme énorme d'informations, de demandes et de notifications puisse être contrôlée, applicable, appliquée et éventuellement sanctionnée ? Pour répondre à ce minimum, les infos de part et d'autre doivent forcément être moins nombreuses.  C’est tellement simple à mes yeux que parfois je me demande si cette surabondance d’informations demandées n'aurait pas comme vertu cachée celle de justifier le travail d’agents.  

einstein-hyppie.gif Ceci étant, l’avantage que prosaïquement je vois à cette dématérialisation (haha) des procédures serait d’éliminer la gestion  manuelle, le classement, l’extraction des dossiers, les déplacements d’agents... De ce fait, des agents libérés de ces tâches fastidieuses pourraient peut être, quand le temps est clément et le vent, d’Ouest, me parler de Mondossier.... Quelle surprise ce serait pour moi : je suis persuadée que c’est un robot qui traite mes demandes.

Ou un hologramme, qui s’éteint dès que j’arrive....

  coc48.gif

 

 

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

c'est quoi c'est qui ?

  • le blog regarderlesoleil
  • iéloseubmarine
  • beaucoup de toutes petites choses...

On est quel jour ?

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés