Mythes

Publié le par iéloseubmarine

mazeltov

alélouilla

toussa

....Mon dossier est passé en Cédéha à la Emdépéhache ! seulement 6 mois de retardcocc13.gif.... 

Et comme je lis dans les yeux fatigués ou excédés de ces personnes qui me reçoivent (ou pas),  qui m'écoutent, (ou pas), qui me lisent (ou pas),  et dont ma fille dépend : "cette femme est une emmerdeuse", voici un condensé du fond ma pensée. Enfin, non, mon fond de pensée est nettement moins positif et policé.   Voici donc un petit guide des mythes me concernant, à l'usage des instances concernant le handicap.


1 - j'ai  des attentes trop grandes. einstein-atlas.gif  

En réalité, je, nous, parents informés et formés jusqu'à la moelle, savons parfaitement que de bons programmes et des services individualisés peuvent changer le cours de la vie de nos enfants, en les aider à avoir une vie digne. Aider les personnes avec handicap et leurs aidants à se rapprocher de ce but me semble raisonnable, ne serait ce que d'un point de vue économique :  plus ces personnes seront autonomes, moins le besoin de services ou de programmes indivisualisés  sera grand.

Et donc moins j'aurais à développer des attentes trop hautes. 

 

2- Je ne vois que le handicap de son enfantbonnet-ane-2.jpg

Que celle ou celui à qui on n'a jamais dit "mais madame, il n'y a pas que votre enfant" lève le doigt.

Bien sûr qu'il  n'y a pas que ma fille. Mais lorsque ma fille avance, 20 autres avancent derrière. (Cauchemard effrayant pour certains, c'est sûr).

Et plus je m'implique dans le façonnement des lois, plus j'aide ma fille.

Et plus j'aide les autres.

Ceci à l'échelle de, mettons, 300 parents... et on ne perdra plus 10 ans à discuter des bienfait respectifs de l'inclusion versus l'intégration. Les pays genre Finlande, Etats Unis ou Belgique doivent bien rigoler en écoutant nos querelles éthymologiques...

   

3 - Je suis trop émotive.

infosouris-4.gifGrosse tarte à la crème.

Je ne suis pas plus émotive que le parent lambda quand il parle de son enfant ordinaire. Et plutôt moins du reste. Je suis réaliste, compétente, et le fait que je m'énerve (parfois) contre telle ou telle bureaucratie est juste un signe de bonne santé.

 

4 - Je ne veux pas comprendre les impératifs financiers des structures médico sociale.

cocc8.gifAlors là... échec et mat. Avant d'être un parent d'enfant-pris-en-charge, je suis contribuable... Et lorsque des programmes, des séances dont les priorités  me semblent curieuse sont mis en place, cela  m'irrite.   



5 - Je suis trop impliqué cocc7.gif
Et moi je pense que mon implication est nécessaire :

- dans la prise de décision

- dans l'élaboration des procédures

- dans la mise sur pied des choses.

car je vis ces choses, et j'en pèse l'impact sur la vie de ma fille. Je peux donc les évaluer, essayer d'en changer les règles, voire en mettre des meilleures, rêvons z-un peu.

Et juste comme ça, qu'est ce que j'aimerais être moins impliquée..


6- Quand on donne le petit doigt, je bouffe la main (variante, le bras)infosouris-3.gif

La loi me donne des droits, je ne vois pas pourquoi je n'en accepterait que les reliquats venant de personnes de bonne volonté.


 

 

Je mets le bazard partout où je passe.  einstein-hamlet.gif
Irrecevable.

je ne sème pas le désordre, je m'implique, nuance. Et si ça pose problème, c'est qu'il y a un problème. Mais je fais partie de la solution, et à ce titre, je cherche en même temps que les autres.

 

Tout ça bien sûr mon gestionnaire Emdépéhache n'en saura jamais rien, pas plus que l'E*N ni les structures médico-sociales.

zen.jpg...Je souligne les progrès que ces administrations font, je rends hommage à leur courage face aux piles de dossier, je m'inquiète de  leur difficultés psychologiques  devant ces situations désespérantes, et surtout, surtout, je ne pointe pas ce qui a été mauvais.

ça a un nom : ça s'appelle renforcer les bons comportements et je fais ça tous les jours avec Lonesom'Girl.

Commenter cet article

KRISS 12/11/2010 19:26



on va faire un club, décidément...



iéloseubmarine 14/11/2010 09:57



chiche !!



Za 10/11/2010 22:09



BRAVO pour cet article.


Plusieurs mamans que je connais d'internet se sont reconnues... (je le sais car l'article a été linké sur FB... ;) )


Si tu es d'accord je relaye ton lien sur mon blog?



iéloseubmarine 11/11/2010 10:14



linké  moi pas connaître !


et pr Fèsbouk, tu connais mes souhaits : si  je ne me cache pas, je ne m'expose pas non plus !



alounette 10/11/2010 18:44



bravo ! effectivement "se battre" ou plutot exiger ceux à quoi notre enfant à droit, c'est fatiguant, c'est accepter de passer pour trop impliquée, trop attachée à son enfant, trop émotive, trop
exigeante, trop ... et j'en passe. Alors que vous êtes juste impliquée, attachée à vos enfants, exigeante ce qui est la moindre des choses quand on est une maman. Il ne faut pas malgré le regard
et le jugement des autres baisser les bras. Continuez à faire ce que vous faites et à nous le raconter, oui petit à petit notre regard sur les personnes handicapées, leur vie, leurs difficultés
et leurs possibilités change. Les "administratifs" et les autres professionnels ont besoin de savoir que derrière chaque dossier, chaque "patient/malade/handicapé", il y a une maman avec des
envies, des exigences et des émotions, un papa avec ses envies, ses exigences, ses émotions et donc un enfant, une personne.


Sinon j'aime beaucoup vous lire, votre humour et celui de votre fille.


bonne continuation



iéloseubmarine 11/11/2010 10:12



merci pour les encouragements,ç aaussi ça étaye la route !